Le Statut avancé traduit une véritable politique européenne du Maroc
5 décembre 2008
Par MAP
 

Le Statut avancé traduit une "véritable politique européenne" du Royaume, ainsi qu'une "reconnaissance" et un "acte de confiance" de l'Union européenne à l'égard d'un Maroc "en mouvement", a affirmé l'ancien ministre Français des Affaires étrangères, Hubert Védrine.

"Je suis impressionné par la cohérence et la consistance de la politique du Maroc vis-à-vis de l'Union européenne", a souligné l'ancien chef de la diplomatie française, lors d'une conférence-débat organisée par Maroc Entrepreneurs jeudi soir à Paris sur le thème: "Maroc-UE, vers un partenariat économique accompli ou déséquilibré ?".

Le Statut avancé représente aussi un "acte de confiance" et une démonstration politique de l'UE vis-à-vis du Royaume, a fait observer M. Védrine, relevant que le Maroc a eu "l'intelligence de développer des relations privilégiées avec les principaux membres de l'Union européenne".

M. Védrine s'est, d'autre part, dit fier et ravi que l'octroi du Statut avancé ait pu se faire sous la présidence française du Conseil de l'Union européenne, rendant hommage à "la remarquable stratégie" du Maroc par rapport à son environnement régional.

Intervenant à cette occasion, M. Fathallah Sijilmassi, ambassadeur du Maroc en France, a affirmé que le Statut avancé est la reconnaissance d'une réalité et le fruit d'une évolution logique des relations entre le Maroc et l'Union européenne.

"C'est aussi la reconnaissance des réalisations du Maroc au niveau des réformes politiques, économiques et en matière des droits de l'Homme, autant d'acquis qui ont rendu le Royaume éligible au Statut avancé", a souligné le diplomate marocain, réitérant que la construction du Maghreb reste un objectif majeur pour le Maroc au même titre que la réussite de l'Union pour la Méditerranée et le ferme engagement du Royaume au niveau africain et au plan des relations Sud-Sud.

L'octroi de ce Statut, a-t-il poursuivi, appelle à voir la cohérence d'ensemble d'une réalité politique marocaine, mettant l'accent, à ce propos, sur le caractère complémentaire du Statut avancé avec les autres accords que le Maroc avait conclu précédemment notamment avec les Etats Unis (accord de libre échange), au niveau africain et dans le cadre des relations Sud-Sud.

M. Sijilmassi a, par ailleurs, fait remarquer que le Maroc n'a pas attendu ce statut avancé pour initier une véritable politique de développement. Il en veut pour preuve notamment l'Initiative nationale du développement humain (INDH), qui illustre un engagement massif du Maroc pour assurer un développement humain cohérent.

Et de conclure que les retombées de ce statut avancé, qui est un accélérateur de croissance, doivent être appréhendées sous le prisme de la dynamique globale de développement que connaît le Royaume.

MAP



 

© Association Maroc Entrepreneurs 2008. Tous droits réservés. Reproduction interdite.
 http://www.marocentrepreneurs.com | Charte de confidentialité | Contacts